Les deux soeurs
Henri Fantin-Latour (1836-1904)

Les deux soeurs, Vers 1855-1858

Crayon noir sur papier vergé, H. 305 mm ; L. 430 mm

Porte en bas à droite le cachet Fantin, réf. Lugt suppl. 919e.

Provenance : Collection Lange, Berlin Collection privée, Westphalie

Initié au dessin par son père lui-même artiste, Henri Fantin-Latour entra à la Petite École de dessin de Paris à l’âge de quatorze ans, où il eut pour maître Horace Lecoq de Boisbaudran. En 1854 il suivit brièvement l’enseignement dispensé à l’École des Beaux-Arts, et se lia avec Alphonse Legros et Edgar Degas.

Ici Fantin-Latour adapte les leçons de Thomas Couture, auquel son ami Victor Müller l’initia, à ses propres idées. Couture conseillait en effet à ses élèves d’observer le sujet en fermant à demi les yeux, afin de voir seulement « de grandes divisions de lumière et d’ombre ». Selon un point de vue qui fait entrer le spectateur dans l’intimité d’un intérieur seulement suggéré, l’artiste met en scène deux femmes saisies dans leur activité quotidienne, et mises en valeur par un effet de clair-obscur plus ou moins accentué.

Ce dessin d’une veine libre et souple appartient à un ensemble d’œuvres exécuté dans les années 1855-1858, représentant une ou plusieurs femmes cousant, et dont le Cabinet des Dessins du Louvre conserve une douzaine de feuilles. Le motif récurrent de femmes lisant, brodant ou tissant lui fut inspiré par ses deux sœurs cadettes, Nathalie et Marie. Certains de ces dessins furent transposés en gravure ou en peinture, à l’instar des Deux Sœurs, conservées au City Art Museum à Saint-Louis (huile sur toile, H. 0,98 m ; L. 1,30 m, 1859).