Autoportrait de Emilius Baerentzen
Emilius-Ditlev Baerentzen (1799-1868)

Autoportrait, vers 1825

Huile sur toile, H. 0.29 m ; L. 0.25 m

Bibliographie :

Cat. exp., Die Kopenhagener Schule, Meisterwerke Dänischer und Deutscher Malerei von 1770 bis 1850, Kunsthalle Kiel, 2005, p. 93 (ill.).

Emilius Baerentzen reçoit une éducation bourgeoise fort éloignée de sa future carrière de peintre. Après un apprentissage en pharmacie, il exécute un service civil puis passe cinq années aux Antilles. De retour à Copenhague en 1820, il devient avocat mais peint parallèlement à plein temps. Il entre à l’Académie des Beaux-Arts de Copenhague en 1821, où il est élève du célèbre Christoffer Wilhelm Eckersberg.

Baerentzen s’intéresse aux portraits, et part en voyage d’étude à Munich (1830), Paris (1831) et Hambourg (1834). Portraitiste rapidement renommé, il a de nombreuses demandes de personnes haut placées dans le monde de l’art et de la politique.
Son désaccord avec le Royal Institute of Lithography in Copenhagen l’amène à fonder en 1838 son propre institut, Baerentzen & Co., qui devient rapidement dans le pays le leader dans son domaine. Son ouvrage le plus célèbre, Panthéon Danois, galerie de portraits des figures nationales danoises, est publié entre 1842 et 1851. Baerentzen est alors très lié avec le sculpteur danois Bertel Thorvaldsen.

Notre auto-portrait, achevé probablement lorsqu’il était à l’Académie, montre un artiste fier de son talent et de ses capacités. La flûte atteste des talents musicaux de Baerentzen, le crâne, les instruments chirurgicaux et les dessins d’architecte de ses connaissances scientifiques, et les livres probablement de ses études juridiques. La référence à sa profession de peintre n’est pas indiquée. Quelques années plus tard, il apparaît dans un autoportrait signé, sous l’apparence d’un peintre au travail dans son atelier, assis face à une toile. Les similitudes physique et stylistique entre le portrait signé et cette œuvre sont évidentes. Complétées par les dates de la biographie, elles amènent à une attribution sûre. La provenance du portrait signé est la suivante : Consul General Johan Hansen, Copenhague, années 1920 ; Nineteenth Cent. Europ. Paintings, Sotheby’s, London 19.6.85, Lot 124, ill. ; Colnaghi, Londres ; Collection privée, Allemagne.